facebook twitter youtube contact

Accueil > français > concours de création sonore en 80 sec > boite à outils > Les formats audio en son 3D > Ambisonic > 5.2 - Liste des ordres pour un son en 3D (harmoniques sphériques)

5.2 - Liste des ordres pour un son en 3D (harmoniques sphériques)



Ordre O
1 microphone omnidirectionnel, canal W
Ordre 1
4 microphones cardioïdes, 4 canaux W, X, Y, Z
Ordre 2
12 microphones, 9 canaux idem + R, S, T, U, V
Ordre 3
20 microphones, 16 canaux idem + K, L, M, N, O, P, Q
Ordre 4
32 microphones, 25 canaux

Pour calculer le nombre de microphones, la formule est : ordre m = (m+1) 2 pour la 3D (harmoniques sphériques) et : 2m+1 pour la 2D donc sans la hauteur (harmoniques cylindriques), Ordre 1 = 3 – Ordre 2 = 5 – ordre 3 = 7

Attention il existe deux formats différents dans l’ordre 1 et supérieur. Surtout ne pas les confondre sous risque d’avoir une spatialisation assez schizophrène. Il est extrêmement facile de passer de l’un à l’autre selon les règles suivantes :

- Le FuMA, (Furse-Malham), issus des travaux de Michael Gerzon et de Peter Craven est historiquement la première génération de codage Ambisonique. Le canal W étant le signal omni généralement à – 3 dB. Avec un codage dans l’ordre : W, X, Y, Z pour l’ordre 1 et au-delà sur 16 canaux : WXYZRSTUVKLMNOPQ

- L’ambiX, (Ambisonics eXchange), nouvelle génération depuis 2011, surtout utilisé pour la VR, Facebook et YouTube. Les 4 canaux ont un format et niveau uniforme avec un codage 1,2,3,4, soit dans l’ordre : W, Y, Z, X.

Comme déjà abordé, dans le système de type, HOA, se pose la question délicate de la régularisation de l’ensemble des multiples signaux. Ceci est crucial du fait de l’éloignement entre eux des multiples microphones non équidistants ET non coïncidents. Parmi les points à travailler, ceux de l’aliasing spatial. Accessoirement, il n’est pas possible sur une boule de mettre un nombre indéterminé de points rigoureusement équidistant, il faut faire des compromis.

Il est singulier de savoir qu’un signal stéréo issu d’un matriçage Ambisonique sonne mieux qu’une version stéréo classique. Elle est généralement plus riche, plus détaillée et redonne de façon plus sensible l’acoustique du lieu d’origine. Pour cette raison certains mixeurs ont utilisé le format Ambisonique pour gérer des multipistes traditionnels incluant des captations en multiphonie discrète par entre autres l’amélioration des rations volume/phase et une meilleure gestion du rapatriement des sons arrière dans la zone frontale. Le tout permettant de donner, si cela est requis un effet de profondeur maitrisé, même en utilisant que 2 haut- parleurs. Accessoirement il est aussi extrêmement facile de fabriquer un signal mono.

De multiples versions de matériel Ambisonique ont été produites de par le monde, avec des niveaux de prix, de qualité, de durabilité et malheureusement de durée de vie des fabricants très variables. Mais certains sont toujours là.

Depuis environ une année, l’Ambeo de Sennheiser, (copie du Soundfield) 4 capsules, donc en ordre 1, à bien participé à la démocratisation du format Ambisonique avec une visibilité un peu plus importante liée au poids de cette firme. Dans les évolutions en cours, ils viennent il y a peu de temps, d’optimiser le passage du format A au B.


Dernièrement la société Zylia, a créée un nouvel environnement hard et soft, une version polonaise qui ressemble un peu au Eigenmike, avec 19 capsules, une sortie USB et un tarif d’environ 1 300 euros devrait permettre une vulgarisation encore plus importante. En association avec le matériel, l’équipe de Zylia continu à développer des décodeurs d’ordre supérieur assez prometteurs. Affaire à suivre …


Plusieurs softs de manipulation et de conversion du format Ambisonique permettent de décoder in fine aussi au format binaural. Le gros avantage est d’avoir une écoute en 3D avec …. un simple casque. Ce qui en termes de portabilité évite d’avoir à investir, régler, positionner, trimbaler de nombreux haut-parleurs. Évidemment la limite est l’écoute unipersonnelle.

Pour avoir une expérience complète sur le plan immersif, l’idéal est d’avoir un suivi des mouvements de la tête. En écoutant une scène quelconque, un simple déplacement amène toute la scène à tourner elle aussi. Avec un suivi de type “ Headtracking “, alors, si je modifie légèrement ou grandement mon port de tête, par exemple, l’orchestre symphonique reste devant moi, ce qui au pire peut éviter le mal de mer.